18/10/2019

 
Projet de crematorium à Orcet

Un tract-  anonyme-  a été distribué récemment dans vos boites à lettres. Son contenu est volontairement alarmiste, mensonger et non fondé.

Qu’en est-il réellement ?

Devant la saturation du crématorium de Crouël et l’allongement des délais d’attente pour les familles souhaitant y célébrer une cérémonie funéraire, il a été envisagé la création d’une nouvelle structure au sud de l’agglomération clermontoise. C’est ainsi que nous avons été contactés, comme d’autres communes d’ailleurs, pour l’installation d’un crématorium sur notre territoire.

 Par une délibération du 10 juillet 2018, portée à la connaissance de tous, (cf.le mensuel communal Inf'orcet d'août 2018),  le conseil municipal a admis le principe  - et non la décision-  de l’implantation de ce type de structure, dans la zone d’activités des Sagnes, en limite de commune.  

La supposée proximité de l'école ou de la crèche, volontairement mentionnée dans le tract, relève de la simple malhonnêteté.

En avril 2019, un journaliste a réalisé un article sur le thème de la crémation et à cette occasion a sollicité la  mairie d’Orcet pour connaître les intentions de la municipalité. Je n'ai pas éludé la question mais j'ai affirmé que" si la réflexion se poursuit, elle n’a pour l’heure débouché sur rien de concret » Cf La Montagne lundi 29 avril 2019.
C’est la même réponse qui a été apportée aux Orcétois qui ont sollicité un rendez-vous.

Compte tenu des inquiétudes légitimes tant sur l’implantation que sur l’impact psychologique et environnemental, il a été également précisé que si cette réflexion devait, avec l’accord du conseil municipal, être approfondie, une réunion publique serait organisée. Cette volonté a toujours été affirmée.

La création et l’implantation d’une telle structure sont dans tous les cas soumises à l’autorisation du préfet du département. Cette autorisation ne peut être accordée qu’après enquête publique réalisée dans les conditions fixées au code de l’environnement. Une telle enquête est destinée à informer les citoyens du projet, à recueillir leur avis et à évaluer l’impact sur l’environnement. L’avis des autorités sanitaires (CODERST) doit aussi être sollicité.

Pour l’heure, ce projet n’étant qu’au stade de la réflexion, la formalisation dans une réunion publique parait prématurée. Néanmoins, compte tenu des interrogations que soulève cette question,  la municipalité se tient à la disposition de la population pour l’informer directement et en toute objectivité, comme cela a toujours été sa volonté.
Cela contredit totalement les propos du tract selon lesquels ce projet serait « en passe d’être imposé de manière autoritaire sans consultation des habitants ».

                                                                                                                                                                                                                                                         Le Maire
                                                                                                                                                                                                                                                  Dominique Guélon